RD Congo : un arrêté ministériel qui défie la mondialisation

LE FRANCOPHONEPLUS 02 juillet 2018
Par Jean Bonsenge

La prolifération des médias en ligne est la résultante du développement des technologies de l’information et de la communication, élément catalyseur de la mondialisation qui se veut un processus d’interconnexion inévitable. Lambert Mende Omalanga, ministre en charge d’informations et médias en RD Congo a pris une mesure par décret ministériel, pour réguler le secteur des médias en ligne d’ailleurs en pleine excroissance. L’édit fait de dix dispositions a été rendu public le 14 juin dernier. L’un des articles proscrit l’incitation à la haine raciale et/ou ethnique, à la violence et condamne la diffamation. Cependant, le syllogisme juridique ayant conduit à la formulation de la 5ème disposition pose problème, dès lors qu’elle entame la liberté de la presse et par ricochet la privation des droits et libertés fondamentales pourtant garantis par la Constitution du pays. En substance, l’article du décret déclare « tout message publicitaire sur un média en ligne doit passer avant sa diffusion aux institutions publiques chargées de la publicité… ». En tout état de cause, le décret ministériel ne défie non-seulement pas ce nouveau type de presse, qui talonne les médias traditionnels, mais aussi la mondialisation et ses prouesses.