Moïse Katumbi : la « télépolitique » marche!

LEFRANCOPHONE PLUS 09 juillet 2018
Par Jean Bonsenge

En exil forcé, où il se trouve, à Bruxelles, Moïse Katumbi continue de bien gérer sa plateforme politique Ensemble pour le changement comme s’il était, sur place, en RDC. Mercredi, 03 juillet, il a nommé les membres de son cabinet dans lequel Olivier Kamitatu, ancien président de l’Assemblée nationale, RDC, en est le chef. Lundi dernier, l’autorité morale d’Ensemble avait dit être prêt quant à la présentation des candidats de sa plateforme à tous les niveaux de l’électorat convoqué depuis le 23 juin dernier, par la CENI. Lui-même étant candidat président de la république déclaré aux élections de décembre 2018. Un autre aspect qu’il faut relever dans la composition du cabinet de l’ex-gouverneur du Katanga est qu’elle respecte l’article 14 de la Constitution de la RDC qui statut sur la parité : « La femme a droit à une représentation équitable au sein des institutions nationales, provinciales et locales. L’État garantit la mise en œuvre de la parité homme-femme dans lesdites institutions. » Un cabinet composé de 46 membres parmi lesquels 23 femmes et 23 hommes reflète cette disposition constitutionnelle. S’il advenait que Moïse arrive aux affaires de l’État, la promotion de l’égalité de genre connaîtrait une avancée significative. Il tablera bien sûr sur la ligne de base tracée par ses prédécesseurs à savoir, Stratégie nationale de lutte contre les violences sexuelles et basées sur le genre, Plan national du genre, Plan régional pour la mise en œuvre de la Résolution 1325 du Conseil de Sécurité des Nations Unies, Plan d’action pour l’application de la même résolution et Plan stratégique genre et élections de la CENI. En un artisan de la bonne gouvernance dont la démonstration a été faite au Katanga, l’autonomisation économique de la femme congolaise sera au centre de son action. En attendant son retour tant attendu et hypothétique en RDC, il mise sur la « télépolitique », qui marche d’ailleurs.